facebook twitter instagram linkedin google youtube vimeo tumblr yelp rss email podcast blog search brokercheck brokercheck

L’avenir dans la mire

imageUne nouvelle façon d’investir dans les tendances qui transforment le monde.


La mondialisation, la démocratisation, la transition vers une société de la connaissance et le virage vers la durabilité ne sont que quelques-unes des profondes mutations qui façonneront notre monde, non pas seulement dans les prochaines années, mais pendant de nombreuses décennies. Ces « mégatendances » changent notre façon de vivre et le fonctionnement des entreprises, et elles représentent un potentiel de croissance à long terme pour les épargnants.

Ces grandes tendances se manifestent partout : un avion 100 % solaire fait le tour du monde[1], un laboratoire informatique conçoit des climats optimisés pour cultiver les fruits et légumes les plus nutritifs et savoureux grâce aux mégadonnées[2], la médecine génétique s’attaque au cancer et aux maladies héréditaires, comme la cécité[3]… Ces percées ouvrent la voie à un monde de possibilités pour l’aviation, l’agriculture et la santé et, dans le monde branché d’aujourd’hui, elles peuvent vite être communiquées, exploitées par d’autres et appliquées dans le monde réel pour réécrire notre avenir.

Cependant, sur le plan des placements, il n’existait pas de moyen simple de tirer parti de ces occasions thématiques mondiales, jusqu’à récemment. L’épargnant moyen pouvait cibler des secteurs susceptibles de bénéficier des mégatendances, comme la technologie ou la santé. Par contre, il devait souvent se rabattre sur des indices composés de sociétés prospères dans le passé. Au fil des ans, ces entreprises ont pris de l’expansion au point d’être considérées comme représentatives de leur secteur, mais elles ne sont pas forcément les mieux placées pour exploiter le vent de changements.

Bien souvent, les facteurs qui redéfinissent les règles du succès, comme les mégatendances, profitent surtout aux entreprises spécialisées (plutôt que généralistes) et naissantes (plutôt qu’établies).

Les nouvelles solutions misent sur l’avenir

De nouvelles solutions de placement s’offrent aux épargnants canadiens : des solutions réunissant, dans des fonds accessibles à tous, des occasions thématiques mondiales soutenues par les mégatendances. Aiguillés par de rigoureuses recherches universitaires, les gestionnaires de portefeuille peuvent mieux repérer les tendances mondiales les plus prometteuses et comprendre leur incidence potentielle sur diverses industries. Ensuite, ils peuvent créer une stratégie thématique en usant de leur expertise en placement pour choisir des entreprises fortement investies dans des activités susceptibles de connaître un essor sous l’effet de ces tendances. En fait, plus il y a de mégatendances à l’oeuvre dans un secteur donné, plus le thème de placement est attrayant.

Alors, quelles sortes de mégatendances explore-t-on dans ces nouveaux fonds? Voici des exemples provenant du Copenhagen Institute for Future Studies qui attirent l’attention des gestionnaires de portefeuille tournés vers les occasions thématiques mondiales de l’heure :


  • L’interrelation plus étroite des processus opérationnels et de l’activité économique dans l’économie enreseau
  • La capacité de combler certains besoins sans compromettre celle des générations futures à répondre aux leurs grâce à la durabilité
  • Le passage de l’ère industrielle à celle de l’information, où le savoir devient une ressource économique importante dans une société du savoir et de production
  • L’importance qu’accordent les consommateurs aux qualités immatérielles, comme l’aspect éthique ou esthétique, plutôt qu’aux caractéristiques matérielles, entraînant l’immatérialisation
  • Le renforcement du pouvoir politique, économique et culturel détenu par le peuple sous l’effet de la démocratisation
  • Les progrès technologiques causant le raccourcissement de la durée utile des produits et un accroissement de l’accélération et la complexité 
  • L’application de la science et du savoir aux processus commerciaux et industriels, soutenue par le développement technologique
  • L’augmentation de la capacité mondiale à produire des biens et des services, stimulée par la croissance économique
  • L’essor de la liberté de choix et de l’expression de l’individualité dans de nombreuses sociétés, amenant l’individualisation 
  • La détection de nouvelles possibilités d’exploiter des secteurs plus efficacement grâce à la commercialisation 
  • L’augmentation à l’échelle mondiale de l’interrelation et de la circulation des gens, du capital, des produits, des services, de l’information, de la technologie et de la culture, connue comme la mondialisation 
  • L’accentuation des positions extrêmes au détriment des positions intermédiaires causée par la polarisation
  • Le vieillissement de la population, l’accroissement de la richesse et les progrès technologiques intensifiant l’accent sur la santé
  • Le fossé démographique grandissant entre les pays comptant de jeunes travailleurs et ceux possédant une main-d’oeuvre vieillissante et décroissante, dénotant une profonde évolution démographique 


Éclairé par l’analyse des tendances mondiales, un gestionnaire de portefeuille peut repérer un thème au croisement de plusieurs mégatendances. La biotechnologie rejoint quatre de ces mégatendances, à savoir le développement technologique, la croissance économique, l’accent sur la santé et le développement démographique. Un comité consultatif composé de scientifiques, de chefs d’entreprise et d’universitaires est en mesure de recommander aux gestionnaires de portefeuille de se pencher sur un problème, comme les bactéries résistantes aux antibiotiques, responsables de 700 000 décès par année. D’ici 2050, ce nombre atteindrait jusqu’à 10 millions, coûtant jusqu’à 100 mille milliards de dollars US à l’économie mondiale[4].

Les gestionnaires de portefeuille apprendraient ainsi potentiellement qu’une jeune société de biotechnologie a découvert le premier nouvel antibiotique depuis 25 ans en 2015 (un médicament ayant guérit la totalité des souris infectées par une bactérie résistante associée à un taux de mortalité de 90 %)[5]. Ce précieux renseignement pourrait les inciter à chercher des entreprises semblables qui poursuivent le même but, à effectuer le contrôle préalable habituel (bilan de l’entreprise, vision de la direction, etc.) et, si les résultats sont positifs, à investir dans un avenir plus sain et une entreprise apte à profiter de mégatendances. 

Cet exemple en est un parmi tant d’autres. La clé d’une approche axée sur les occasions thématiques mondiales consiste à réunir des entreprises, des secteurs et des mégatendances diversifiés sous un ou plusieurs thèmes de placement. En effet, puisque les entreprises, secteurs et mégatendances auront le vent dans les voiles à des moments différents, une exposition étendue peut égaliser les rendements, un aspect rassurant, même pour les épargnants à long terme les plus résignés.

Sonder l’avenir pour surfer sur les mégatendances

Les épargnants se font souvent rappeler que les rendements passés ne sont pas nécessairement garants des rendements futurs. Pourtant, l’univers des placements a toujours reposé sur les rétrospectives. Faute de pouvoir prédire le potentiel d’une entreprise avec certitude, les gestionnaires de portefeuille étudient régulièrement ses rendements passés pour décider d’investir ou non. Ils examinent les décisions que l’équipe de gestion a prises et le flux de trésorerie qu’elle a généré, en plus, bien sûr, de tenter d’évaluer les perspectives d’avenir de la société. 

Cette démarche tient aussi pour les occasions thématiques mondiales, mais une analyse supplémentaire entre en jeu dès le départ pour déceler des sources de croissance durable du capital dans le futur.  Comme les perspectives de croissance sont transformées par de puissantes forces touchant la planète entière, les entreprises qui se démarquent d’après cette analyse ont le bon profil pour devenir les chefs de file de demain. Elles ne font peut-être même pas partie des indices actuels, mais elles promettent de dominer, exerçant souvent leurs activités dans les secteurs les plus dynamiques de l’économie mondiale et tirant activement parti des changements géopolitiques, économiques, sociaux et autres.

Pensez au nombre d’entreprises hier encore parmi les plus florissantes qui ont survécu à l’épreuve du temps. À peine 60 (12 %) des sociétés du classement Fortune 500 de 1955 figuraient toujours au palmarès en 2017[6]. En outre, vu l’évolution rapide du monde d’aujourd’hui, la vitesse à laquelle elles sont remplacées risque de s’accélérer. Selon une étude, la moitié des entreprises de l’indice S&P 500 à l’heure actuelle auront disparu de la liste d’ici 10 ans[7]. Lesquelles prendront leur place? Voilà une des questions auxquelles un gestionnaire de portefeuille en quête d’occasions thématiques mondiales souhaite répondre.

Autre conséquence intéressante de la tendance des épargnants à se tourner vers le passé plutôt que le futur, ou à ne se projeter que quelques années dans l’avenir : les leaders sectoriels de demain sont souvent sous-évalués sur les marchés actuels. Cette situation présente un extraordinaire avantage pour les gestionnaires de portefeuille axés sur les occasions thématiques mondiales, qui ont dès lors la possibilité de dégoter des perspectives en or avec un formidable potentiel de croissance.

Discutez avec votre conseiller

Le nouvel accès à cette approche de placement donne aux épargnants canadiens la chance de jouer un rôle plus actif dans l’innovation et de profiter de la croissance à long terme. C’est une occasion de bénéficier de la trajectoire de chaque mégatendance en investissant dans des entreprises aux grandes ambitions, aux idées nouvelles et au fort potentiel de croissance. Cependant, ce modèle n’est pas indiqué pour tous, car il nécessite généralement un horizon de placement d’au moins cinq ans, et les épargnants doivent pouvoir tolérer un niveau de volatilité moyen. Communiquez avec votre conseiller pour décider si investir dans des occasions thématiques mondiales convient à votre situation et à vos objectifs. Apprenez-en plus sur les mégatendances à mega.online et cherchez « mega.online » sur YouTube.


Changements excitants concourant aux mégatendances 

  • Les États dépensent des milliards en énergie renouvelable, la Chine arrivant en tête avec des investissements de 1,9 G$ US en 2016[8], et les sources d’énergie plus propres devraient représenter jusqu’à 40 % de l’approvisionnement énergétique mondial d’ici 2040[9].
  • Les gens auront en moyenne plus de six appareils connectés à l’Internet des objets d’ici 2020[10], et l’économie numérique croît trois fois plus vite que l’économie mondiale[11].
  • En 2014, environ 10 % des demandes de brevets déposées dans le monde visaient des produits pharmaceutiques[12], et plus de 165 000 applications santé étaient téléchargeables en 2017[13].
  • Les robots sont trois fois plus efficaces et 80 % moins chers qu’il y a 30 ans[14], et la valeur du marché de la robotique devrait croître de 20 % à 25 % annuellement de 2015 à 2020[15].
  • Jusqu’à 4 milliards de personnes pourraient souffrir d’une « grave » pénurie d’eau d’ici 2050 en comparaison de 1,2 milliard aujourd’hui[16], un défi que tentent de relever des entreprises innovantes axées sur le traitement de l’eau, la prévention des fuites et l’amélioration de l’efficacité des techniques d’irrigation.


© 2019 Manuvie. Les personnes et les situations évoquées sont fictives et toute ressemblance avec des personnes vivantes ou décédées serait pure coïncidence. Le présent document est proposé à titre indicatif seulement. Il n’a pas pour objet de donner des conseils particuliers d’ordre financier, fiscal, juridique, comptable ou autre et les renseignements qu’il fournit ne doivent pas être considérés comme tels. Nombre des points analysés varient selon la province. Tout particulier ayant pris connaissance des renseignements formulés ici devrait s’assurer qu’ils sont appropriés à sa situation en demandant l’avis d’un spécialiste. Sauf erreurs ou omissions. La souscription de fonds communs de placement peut donner lieu au versement de commissions ou de commissions de suivi ainsi qu’au paiement de frais de gestion ou d’autres frais. Veuillez lire le prospectus des fonds avant d’effectuer un placement. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis, leur valeur liquidative varie fréquemment et les rendements passés peuvent ne pas se reproduire. Toute somme affectée à un fonds distinct est placée aux risques du titulaire du contrat et peut prendre ou perdre de la valeur.

[1] https://mega.online/en/articles/solar-impulse

[2] https://mega.online/en/articles/freeing-agriculture-from-climate-slavery

[3] https://mega.online/en/articles/ansari-cancer; https://mega.online/en/articles/bainbridge-genetics-video

[4] https://amr-review.org

[5] L’antibiotique s’appelle « teixobactine ». Losee, L. Ling, Tanja Schneider, Aaron J. Peoples et coll. A new antibiotic kills pathogens without detectable resistance. Nature, vol. 517, 2015, p. 455-459.

[6] www.aei.org/publication/fortune-500-firms-1955-v-2017-only-12-remain-thanks-to-the-creative-destruction-that-fuels-economic-prosperity

[7] www.innosight.com/wp-content/uploads/2016/08/Corporate-Longevity-2016-Final.pdf

[8] https://fs-unep-centre.org

[9] www.iea.org/weo2017

[10] www.cisco.com/c/dam/en_us/about/ac79/docs/innov/IoT_IBSG_0411FINAL.pdf

[11] https://www.imf.org/external/pubs/ft/weo/2015/01

[12] https://patinformatics.com/thomson-reuters-releases-annual-state-of-innovation-patent-analysis-report-and-website

[13] www.theguardian.com/science/2017/feb/21/health-apps-could-be-doing-more-harm-than-good-warn-scientists

[14] SG Cross Asset Research Equity, 2014.

[15] https://ifr.org/downloads/press/Executive_Summary_WR_Service_Robots_2017.pdf

[16] www.oecd.org/env/indicators-modelling-outlooks/oecdenvironmentaloutlookto2050theconsequencesofinaction-keyfactsandfigures.htm


Financial Advisor Websites by Twenty Over Ten Powered by Twenty Over Ten