facebook twitter instagram linkedin google youtube vimeo tumblr yelp rss email podcast phone blog search brokercheck brokercheck Play Pause

Cure d’air frais pour le cerveau

image

Comment le fait de sortir à  l’extérieur peut-il changer notre façon de penser?

DANS LA PREMIÈRE MOITIÉ DU VINGTIÈME SIÈCLE, la « cure d’air frais »  n’était pas une tendance très forte du bien-être. En réalité, un secteur entier de la médecine étudiait l’incidence de différents climats sur la santé. Pendant l’épidémie de tuberculose, les malades étaient retranchés dans un sanatorium des Laurentides1. Les médecins croyaient que l’air pur de la campagne et les balades dans les pinèdes guérissaient l’infection pulmonaire.

Avec l’avènement de la pénicilline, la cure d’air frais n’a plus eu la cote pendant longtemps avant d’être de nouveau considérée comme un remède d’avant-garde. Au lieu d’étudier l’incidence de la nature sur les poumons, les scientifiques se concentrent désormais sur un autre organe : le cerveau. Selon les études décrites ci-dessous, la nature n’a pas seulement pour effet de diminuer le stress, mais aussi de refaire le plein d’énergie mentale. Savourer la nature peut vraiment changer notre façon de penser.

Trois vecteurs de changement du grand air sur le mental


1. Détourne la rumination  

Nous savons qu’une marche à l’extérieur remet les idées en place. Mais pourquoi? Des chercheurs de l’Université de Stanford ont constaté que le grand air a pour effet de réduire les activités de la partie du cerveau qui héberge les idées noires et nourrit la rumination2.

Et ce n’est pas que le fruit de l’exercice. Dans le cadre de cette étude, deux groupes de participants se sont prêtés à l’exercice d’une randonnée pédestre. Un groupe a marché le long d’une autoroute, l’autre dans une prairie. Les clichés du cerveau du groupe de la prairie étaient différents  de ceux de l’autoroute.

Il est donc plus probable que la nature atténue les préoccupations quotidiennes, les craintes et l’anxiété. Plus précisément, le simple fait de voir de la verdure semble désactiver physiquement ces troubles. En cas de perte de contrôle des pensées négatives, « aller se promener » se révélerait bénéfique – mais « aller se promener dans un jardin » semblerait encore plus salutaire.

2. Favorise la concentration

La nature a pour effet de renforcer notre capacité de concentration. Diriger son regard vers un lac ou une chaîne de montagnes détoxique le cerveau. Une étude menée par l’Université d’Uppsala en Suède révèle que des participants ayant passé un peu de temps dans une réserve naturelle étaient mieux à même d’exécuter des tâches minutieuses que des participants ayant marché en ville ou relaxé à l’intérieur3.  Voyez le grand air comme un moyen d’améliorer votre concentration. En outre, passer du temps à l’extérieur semble avoir le même effet que la méditation. Nul besoin de planifier une randonnée ou un voyage pour récolter les avantages d’une bouffée d’air frais. Tout espace naturel peut convenir.  

3. Exerce la mémoire

Dans le cadre d’un test de mémorisation mené par  l’Université du Michigan, les participants ayant marché autour d’un arboretum ont affiché un rendement de 20 %  supérieur à ceux qui ont marché en ville. Simplement regarder des photos de paysages peut aussi aider. Quand notre esprit se met à vagabonder, l’image d’une forêt peut être aussi efficace que la réalité4.  

Dans toutes les études, une promenade dans un environnement de verdure ou d’arbres suffisait pour susciter une réponse cérébrale positive. Que ce soit pour atténuer la rumination ou améliorer la concentration et la mémoire, il suffit habituellement de franchir le seuil de la porte pour retirer les bénéfices du grand air pour la santé mentale. Il n’est pas nécessaire de parcourir des kilomètres en région sauvage ou en montagne ou de se retirer dans un sanatorium. Le plus petit espace de verdure peut être réparateur. Entreprendre une balade dans un parc, c’est comme suivre une cure d’air frais. Littéralement. 

© 2020 Manuvie. Les personnes et les situations évoquées sont fictives et toute ressemblance avec des personnes vivantes ou décédées serait pure coïncidence. Le présent document est proposé à titre indicatif seulement. Il n’a pas pour objet de donner des conseils particuliers d’ordre financier, fiscal, juridique, comptable ou autre et les renseignements qu’il fournit ne doivent pas être considérés comme tels. Nombre des points analysés varient selon la province. Tout particulier ayant pris connaissance des renseignements formulés ici devrait s’assurer qu’ils sont appropriés à sa situation en demandant l’avis d’un spécialiste. Sauf erreurs ou omissions. La souscription de fonds communs de placement peut donner lieu au versement de commissions ou de commissions de suivi ainsi qu’au paiement de frais de gestion ou d’autres frais. Veuillez lire le prospectus des fonds avant d’effectuer un placement. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis, leur valeur liquidative varie fréquemment et les rendements passés peuvent ne pas se reproduire. Toute somme affectée à un fonds distinct est placée aux risques du titulaire du contrat et peut prendre ou perdre de la valeur.


1 commons.lib.jmu.edu/cgi/viewcontent.cgi?article=1281&context=master201019 (en anglais seulement)

2 news.stanford.edu/2015/06/30/hiking-mental-health-063015/ (en anglais seulement)

3 www.businessinsider.com/boost-concentration-and-memory-by-going-outside-2014-8 (en anglais seulement) 

4 www.spring.org.uk/2009/01/memory-improved-20-by-nature-walk.php (en anglais seulement) 


Financial Advisor Websites by Twenty Over Ten Powered by Twenty Over Ten