facebook twitter instagram linkedin google youtube vimeo tumblr yelp rss email podcast phone blog search brokercheck brokercheck

Cotiser à un CELI, à un REER ou aux deux?

image

Déterminer la solution la plus avantageuse.


Année après année, le même débat revient : vaut-il mieux investir dans un régime enregistré d’épargne-retraite (REER) ou un compte d’épargne libre d’impôt (CELI)? Ce sont deux excellents abris fiscaux pour vos placements et l’un comme l’autre, ils ont leur place dans un plan financier bien ficelé. Voici certains facteurs à prendre en considération pour déterminer dans quel type de compte placer votre épargne.

Régime enregistré d’épargne-retraite

Les REER servent généralement à épargner en vue de la retraite. Vos cotisations donnent droit à une déduction fiscale et l’argent déposé fructifie à l’abri de l’impôt. Comme le revenu des placements, les cotisations sont imposées à leur retrait. En revanche, l’idée est que vous ne toucherez à ces fonds qu’après la retraite, au moment où votre revenu et votre taux d’imposition seront en principe inférieurs. Considérés comme un revenu, les retraits ont une incidence sur l’admissibilité aux prestations et aux crédits d’impôt fédéraux fondés sur le revenu, comme les prestations fiscales pour enfants et la Sécurité de la vieillesse. Une fois que vous retirez des sommes de votre REER, vous ne pouvez réutiliser cette portion de vos droits de cotisation, sauf dans le cas du Régime d’accession à la propriété ou du Régime d’encouragement à l’éducation permanente. 

Compte d’épargne libre d’impôt

Le CELI est pratique pour épargner en vue de la retraite ou de besoins à court terme. Si les cotisations ne donnent pas droit à une déduction fiscale, les sommes placées, elles, fructifient à l’abri de l’impôt. Par ailleurs, les retraits ne sont pas imposables et n’influent pas sur votre droit aux prestations et aux crédits fiscaux fédéraux fondés sur le revenu. Comme les sommes retirées du CELI s’ajoutent aux droits de cotisation pour l’année suivante, il y a peu d’inconvénients à se servir de son actif pour effectuer des achats plus ou moins importants.

Quel est le bon choix pour vous? 


Revenu bas

Si votre taux marginal d’imposition est peu élevé (par exemple si vous êtes aux études ou en congé de maternité), le CELI peut s’avérer un instrument d’épargne plus avantageux que le REER. En effet, les économies d’impôt d’un REER sont alors moins attrayantes. Qui plus est, vous pourriez vous retrouver dans une fourchette d’imposition supérieure au moment d’effectuer des retraits.

Revenu moyen

Si vous êtes un contribuable à revenu moyen, il est possible qu’aucun des deux programmes ne soit nettement plus avantageux que l’autre. Une stratégie envisageable serait de cotiser maintenant à un CELI et d’accumuler vos droits de cotisation à un REER pour les utiliser plus tard, lorsque le taux marginal d’imposition sera plus élevé, afin de maximiser les avantages fiscaux.

Revenu élevé

Si votre taux d’imposition marginal est élevé, vous auriez peut-être intérêt à profiter des deux types de régimes. Le REER pourrait être plus avantageux si vous estimez que votre taux d’imposition aura baissé au moment où vous retirerez vos fonds. Vous profiterez dans ce cas d’une déduction d’impôt lorsque vous verserez votre cotisation et les sommes retirées seront imposées à un taux inférieur. Vous pouvez aussi verser le remboursement d’impôt reçu en contrepartie de la cotisation au REER dans votre CELI.

Consultez votre conseiller

Le choix de cotiser à un CELI, à un REER ou aux deux dépend de vos besoins en matière d’épargne, de votre admissibilité aux prestations fondées sur le revenu et de votre situation financière actuelle et future. Votre conseiller peut vous aider à déterminer la stratégie de placement la plus fiscalement avantageuse compte tenu de vos objectifs.


COMPARAISON DES MODES D’ÉPARGNE 


REER CELI

Âge minimum

Non

Oui – 18 ans 

Âge maximum 

Oui – fin de l’année du 71e anniversaire

Non 

Plafond de cotisation annuel 

18 % de votre revenu gagné l’année précédente, à concurrence d’un plafond (rajusté en fonction du montant de certaines prestations) 

Montant indexé en fonction de l’inflation 

Report des droits de cotisation inutilisés 

Oui

Oui

Déductibilité des cotisations

Oui

Non

Pénalité mensuelle sur les cotisations excédentaires 

Oui – sur le montant excédentaire à la fin du mois. Aucune pénalité mensuelle ne sera appliquée si l’excédent est retiré à la fin du mois 

Oui – sur l’excédent le plus élevé pour le mois [1]

Options de placement

Un éventail de choix : actions, obligations, certificats de placement garanti, contrats de fonds distincts, liquidités...

Un éventail de choix : actions, obligations, certificats de placement garanti, contrats de fonds distincts, liquidités...

Croissance avec report ou en franchise d’impôt

Oui – report d’impôt

Oui – franchise d’impôt

Imposition des retraits

Oui – entièrement imposables

Non – en franchise d’impôt, sauf pour les gains réalisés après le décès, en l’absence d’un titulaire remplaçant 

Ajout des retraits aux droits de cotisation

Non 

Oui – mais pas avant l’année civile suivante[2] 

Incidence des retraits sur l’admissibilité aux prestations et aux crédits fiscaux fédéraux fondés sur le revenu

Oui

Non

Transfert au conjoint avec report ou en franchise d’impôt au décès

Oui

Oui – si le conjoint est le titulaire remplaçant. Sinon, la valeur du compte au décès est imposable

Transfert aux enfants avec report ou en franchise d’impôt au décès 

Non – entièrement imposables, sauf si l’enfant était à la charge du titulaire 

Oui – seuls les revenus de placement réalisés après le décès sont imposables

 

 

© 2020 Manuvie. Les personnes et les situations évoquées sont fictives et toute ressemblance avec des personnes vivantes ou décédées serait pure coïncidence. Le présent document est proposé à titre indicatif seulement. Il n’a pas pour objet de donner des conseils particuliers d’ordre financier, fiscal, juridique, comptable ou autre et les renseignements qu’il fournit ne doivent pas être considérés comme tels. Nombre des points analysés varient selon la province. Tout particulier ayant pris connaissance des renseignements formulés ici devrait s’assurer qu’ils sont appropriés à sa situation en demandant l’avis d’un spécialiste. Sauf erreurs ou omissions. La souscription de fonds communs de placement peut donner lieu au versement de commissions ou de commissions de suivi ainsi qu’au paiement de frais de gestion ou d’autres frais. Veuillez lire le prospectus des fonds avant d’effectuer un placement. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis, leur valeur liquidative varie fréquemment et les rendements passés peuvent ne pas se reproduire. Toute somme affectée à un fonds distinct est placée aux risques du titulaire du contrat et peut prendre ou perdre de la valeur.

 

[1] Tout revenu attribuable à une cotisation excédentaire délibérée est imposable à 100 %.

[2] Les sommes retirées relativement à une cotisation excédentaire délibérée, à des placements interdits, à des placements non admissibles ou à des opérations de transfert d’actif, ainsi que le revenu lié à ces sommes, ne donnent pas lieu à une augmentation des droits de cotisation au CELI.

 


Financial Advisor Websites by Twenty Over Ten Powered by Twenty Over Ten