facebook twitter instagram linkedin google youtube vimeo tumblr yelp rss email podcast phone blog search brokercheck brokercheck

Renoncez-vous à des sous?


imageNe dites pas non à ce qui vous revient.


Nous travaillons tous si fort pour amasser des sous. L’idée d’en laisser nous glisser entre les doigts est presque inconcevable. Pourtant, des Canadiens le font chaque année en ne profitant pas pleinement de ce qui leur revient de droit. Voici quelques suggestions pour vous assurer d’obtenir tout ce à quoi vous avez droit.


AU TRAVAIL


Profitez des régimes offerts par l’employeur

Les Canadiens perdraient potentiellement jusqu’à 3 milliards de dollars en ne tirant pas le maximum des régimes d’épargne-retraite qu’offrent les employeurs[1]. La plupart des régimes de retraite à cotisation déterminée permettent aux employés de cotiser un fragment de leur chèque de paie, que l’entreprise double ensuite en versant l’équivalent – de l’argent donné tout cuit dans le bec pour la retraite! En plus, ces régimes bénéficient de frais de gestion inférieurs à ceux de placements individuels. Demandez aux ressources humaines si votre entreprise offre un régime d’épargne-retraite et, le cas échéant, comment y cotiser.

Prenez des vacances

Qui n’aime pas les vacances? Nous apparemment... Une étude récente révèle que les Canadiens renoncent à 31 millions de jours de congé chaque année[2]. Trop de travail, emploi précaire ou crainte de passer à côté d’une promotion. L’ennui? Négliger vos loisirs à force de trop travailler peut se retourner contre vous. Sans moments libres pour se ressourcer, les employés deviennent en fait moins productifs et plus à risque d’épuisement professionnel[3]. Par ailleurs, n’oubliez pas que les jours de congé ont une valeur pécuniaire. Par exemple, un salarié qui gagne 50 000 $ par année et qui ne prend pas ses deux semaines de congé fait essentiellement don de 1 923 $ à son employeur. Fixez-vous l’objectif de vous asseoir avec votre calendrier et de prévoir des vacances. Escapade de deux semaines ou plusieurs longues fins de semaine, vous vous devez bien de prendre le temps de recharger vos batteries.

Les petits plus au travail

Si vous occupez un poste à temps plein, il y a bien des chances que votre employeur vous offre une assurance soins médicaux et dentaires. Coordonnez vos prestations avec votre conjoint pour vous faire rembourser le maximum de vos frais médicaux. Par exemple, si vous prévoyez couvrir 80 % d’un traitement dentaire, vous pouvez soumettre une demande de règlement au titre du régime de votre conjoint pour le 20 % restant.


AU QUOTIDIEN


Encaissez les recompenses

Détaillants, hôtels, compagnies aériennes et stations d’essence proposent une quantité infinie de programmes de récompenses. Le secret pour accumuler des points? Adhérez à un programme qui concorde avec vos habitudes de consommation plutôt que d’essayer de modifier ces réflexes pour obtenir un maximum de récompenses. D’après un sondage récent, les Canadiens sont inscrits à 12,2 programmes de fidélité en moyenne et utilisent au moins la moitié d’entre eux régulièrement. Résultat : le participant moyen a 50 000 points qui dorment quelque part et pourraient valoir des centaines de dollars[4]. Une carte de crédit avec remises en argent automatiques dans votre compte peut être une option plus simple. Magasinez-en une qui verse un pourcentage alléchant pour les articles que vous achetez normalement.

Faites des choix bancaires intelligents

est presque aussi fâchant de rater une occasion de faire des économies que de gaspiller des dollars en frais bancaires. Trouvez un compte avantageux pour vous, comme un compte qui s’assortit d’un taux d’intérêt élevé sur l’épargne, ou encore qui vous donne droit à un nombre d’opérations quotidiennes illimité. Si un solde minimum s’applique, assurez-vous de pouvoir le maintenir sans problème. Les institutions financières utilisent souvent des promotions attrayantes pour inciter les gens à ouvrir un nouveau compte. Lisez bien les petits caractères pour vérifier que le compte vous conviendra même une fois l’offre initiale expirée.

Utilisez vos cartes-cadeaux

Les cartes-cadeaux sont pratiques quand on cherche quoi offrir, mais un grand nombre d’entre elles disparaissent dans l’abysse des portefeuilles ou des sacs à main, ou ne quittent même jamais leur enveloppe. Si vous en avez pour des boutiques où vous magasinez rarement, servez-vous-en pour acheter des cadeaux à d’autres, puis gâtez-vous avec l’argent économisé. Ou dénichez un site de revente de cartes cadeaux réputé pour les échanger ou les revendre à 70 %, voire 90 %, de leur valeur nominale[5].


SI VOUS AVEZ DES ENFANTS :


Cotisez à un REEE. Ouvrir un régime enregistré d’épargne-études vous permet d’épargner pour les études de votre enfant tout en bénéficiant de la Subvention canadienne pour l’épargne-études :

20 % du montant que vous versez, jusqu’à concurrence de 500 $ par année. C’est l’équivalent d’un taux d’intérêt garanti sur votre placement. Renseignez-vous auprès de votre conseiller pour ouvrir un REEE, mettre en place des cotisations périodiques et profiter au maximum des subventions gouvernementales.


Épargnez sur les droits de scolarité. Chaque année, près de 200 millions de dollars de bourses d’études et de subventions sont mis à la disposition des étudiants de niveau postsecondaire au Canada[6]. C’est de l’argent qui n’a pas à être remboursé une fois le diplôme empoché. Si vous abritez un élève prometteur sous votre toit, jetez un coup d’oeil aux sites suivants; ils orientent les étudiants vers des bourses accessibles :

Analysez vos habitudes. Faites un peu de recherches. L’effort pourrait valoir son pesant d’or. Parlez avec votre conseiller pour vous assurer de bien profiter de tout ce qui vous revient.


© 2018 Manuvie. Les personnes et les situations évoquées sont fictives et toute ressemblance avec des personnes vivantes ou décédées serait pure coïncidence. Le présent document est proposé à titre indicatif seulement. Il n’a pas pour objet de donner des conseils particuliers d’ordre financier, fiscal, juridique, comptable ou autre et les renseignements qu’il fournit ne doivent pas être considérés comme tels. Nombre des points analysés varient selon la province. Tout particulier ayant pris connaissance des renseignements formulés ici devrait s’assurer qu’ils sont appropriés à sa situation en demandant l’avis d’un spécialiste. Sauf erreurs ou omissions. La souscription de fonds communs de placement peut donner lieu au versement de commissions ou de commissions de suivi ainsi qu’au paiement de frais de gestion ou d’autres frais. Veuillez lire le prospectus des fonds avant d’effectuer un placement. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis, leur valeur liquidative varie fréquemment et les rendements passés peuvent ne pas se reproduire. Toute somme affectée à un fonds distinct est placée aux risques du titulaire du contrat et peut prendre ou perdre de la valeur.


[1] https://business.financialpost.com/personal-finance/retirement/canadians-losing-out-on-as-much-as-3-billion-in-free-money-defined-contribution-pensions

[2] https://nationalpost.com/travel/canadians-leave-31-million-vacation-days-unused-each-year-study

[3] www.usatoday.com/story/money/personalfinance/2017/07/31/never-use-your-vacation-days-this-is-why-you-should/104014486

[4] https://business.financialpost.com/news/canadians-failing-to-capitalize-on-their-reward-points-cibc-poll-finds

[5] https://globalnews.ca/news/3917651/exchange-gift-card-for-cash

[6] https://www.scholarshipscanada.com/; https://yconic.com


Financial Advisor Websites by Twenty Over Ten Powered by Twenty Over Ten