facebook twitter instagram linkedin google youtube vimeo tumblr yelp rss email podcast phone blog search brokercheck brokercheck

Vivre en solo

imageGérer ses finances avec un seul revenu.


Pour la première fois, En 2016, les ménages d’une Personne sont devenus le mode de vie le plus courant au Canada, représentant 28 % de l’ensemble des ménages, soit 4 millions de Canadiens[1]. C’est chez les 35 à 64 ans qu’ils ont connu la croissance la plus rapide. Donc, la tendance ne se limite pas aux adultes les plus jeunes ou les plus âgés[2].

Comment ce changement aux ménages d’une personne peut-il s’expliquer? En grande partie par le fait que les Canadiens se marient plus tard, divorcent plus souvent et vivent plus longtemps[3].

Les célibataires ressentent la pression

Les gens qui vivent seuls font face à d’uniques défis financiers. La plupart des Canadiens célibataires doivent couvrir à eux seuls la totalité de leurs frais de subsistance et n’ont pas de partenaire pour les épauler financièrement s’ils perdent leur emploi, se blessent ou tombent malades. Leurs possibilités de planification fiscale sont aussi souvent plus limitées si on pense par exemple au fractionnement du revenu ou aux déductions pour la famille. Et ils retardent parfois le moment d’épargner pour la retraite, trop pris par des besoins financiers plus immédiats.

Naturellement, certaines personnes vivant seules sentent qu’elles arrivent tout juste avec leur chèque de paie. L’accès au logement fait partie de leurs préoccupations majeures. Selon le Recensement de 2016, 41 % des ménages d’une personne dépensaient au moins 30 % de leur revenu mensuel en loyer ou en paiements hypothécaires[4]. Dans un sondage récent, 46 % des personnes vivant seules ont dit peiner à épargner pour la retraite en plus de payer les factures quotidiennes puisqu’elles doivent acquitter toutes leurs dépenses à même un seul revenu[5].

Notions financières de base pour la vie en solo 

S’ils planifient soigneusement, les Canadiens vivant seuls peuvent subvenir à leurs besoins et tout de même réussir à économiser pour atteindre leurs objectifs financiers. Voici quelques conseils pour y arriver.

Constituez-vous un fonds d’urgence

L’une des premières choses à envisager est de démarrer un fonds pour vous dépanner en cas de soucis financiers. En mettant une petite quantité de côté chaque semaine ou chaque mois sur votre paie au moyen d’un virement automatisé vous amasserez rapidement un bon coussin (visez de trois à six mois de dépenses), et vous remarquerez à peine la différence. Songez à verser votre argent dans un compte d’épargne non enregistré à intérêts élevés où il ne sera pas immobilisé. Et même si vous ne voulez pas avoir à vous rabattre sur les cartes de crédit en cas d’urgence, il n’est pas mauvais de penser à obtenir une marge de crédit, qui vous donne généralement accès à un taux d’intérêt plus bas.

Établissez un budget

Il est tentant de voyager, de sortir au restaurant ou de vous livrer à d’autres activités sociales quand il y a juste vos besoins et envies à écouter. Faites un budget pour éviter de tomber dans l’excès et voir quels fonds réaffecter pour épargner. Il existe un éventail d’applications, d’outils de budgétisation et de feuilles de calcul pour mieux vous rapprocher de vos objectifs financiers – et c’est sans parler de votre conseiller.

Pensez à souscrire une assurance

Étant donné que les célibataires comptent autant sur leur capacité à gagner un salaire, la protection des revenus, comme l’assurance maladies graves, invalidité ou soins médicaux et soins dentaires complémentaire peut être plus bénéfique pour eux que l’assurance vie. En cas de maladie imprévue ou d’invalidité, la protection de remplacement du revenu fournit un revenu à une personne incapable de travailler, afin qu’elle puisse se concentrer à mieux aller, et moins s’inquiéter d’arriver à joindre les deux bouts. Discutez avec un conseiller pour déterminer le type d’assurance qui vous convient le mieux.

Planifiez en vue de la retraite

Commencez à épargner aussitôt que possible et gardez-en l’habitude, même si ça paraît difficile. Les placements à long terme vous donnent plus de temps pour faire potentiellement fructifier votre argent, et même de maigres dépôts s’accumulent vite. Bref, cotiser à votre régime enregistré d’épargne-retraite (REER) ou à votre compte d’épargne libre d’impôt (CELI) réduit votre impôt à payer et devrait faire partie de votre budget.

Besoins financiers particuliers

Si vous êtes Canadien et vivez seul, parlez-en à votre conseiller. Votre situation fiscale et vos objectifs de planification successorale diffèrent sans doute beaucoup de ceux d’un ménage à deux revenus. Votre conseiller travaillera avec vous pour établir un plan financier fait pour vous.


DES OFFRES POUR LES CÉLIBATAIRES

Comme la vie en solo poursuit sa tendance à la hausse, les entreprises adaptent leur offre pour plaire aux célibataires. Voici comment certains secteurs s’y prennent pour attirer ce segment de marché :

Épiceries

On y voit maintenant plus de produits, comme les viandes, les poissons et les aliments frais, emballés en petite portion, ainsi qu’un éventail élargi de plats cuisinés pour un.

Agences de voyage

Certaines annulent le supplément pour personne seule ou autorisent les voyageurs seuls à partager une chambre. D’autres proposent des excursions ou des croisières tout-inclus pour célibataires. Des entreprises organisent des activités, comme des cinq à sept ou des rencontres prévues avant le départ, pour permettre aux célibataires de faire connaissance.

Promoteurs de copropriétés

Le bond de condominiums construits coïncide avec l’augmentation du nombre de célibataires au sein de la population. Parfaits pour la vie à un, les condos peuvent représenter une option amie du portefeuille.

Source : www.cbc.ca/news/business/solo-living-business-opportunities-1.5046913


© 2019 Manuvie. Les personnes et les situations évoquées sont fictives et toute ressemblance avec des personnes vivantes ou décédées serait pure coïncidence. Le présent document est proposé à titre indicatif seulement. Il n’a pas pour objet de donner des conseils particuliers d’ordre financier, fiscal, juridique, comptable ou autre et les renseignements qu’il fournit ne doivent pas être considérés comme tels. Nombre des points analysés varient selon la province. Tout particulier ayant pris connaissance des renseignements formulés ici devrait s’assurer qu’ils sont appropriés à sa situation en demandant l’avis d’un spécialiste. Sauf erreurs ou omissions. La souscription de fonds communs de placement peut donner lieu au versement de commissions ou de commissions de suivi ainsi qu’au paiement de frais de gestion ou d’autres frais. Veuillez lire le prospectus des fonds avant d’effectuer un placement. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis, leur valeur liquidative varie fréquemment et les rendements passés peuvent ne pas se reproduire. Toute somme affectée à un fonds distinct est placée aux risques du titulaire du contrat et peut prendre ou perdre de la valeur.


[1] Statistique Canada, « Étude : Vivre seul au Canada », Le Quotidien, 6 mars 2019, www150.statcan.gc.ca/n1/daily-quotidien/190306/dq190306b-fra.htm (consulté le 6 mai 2019).

[2] www.cbc.ca/news/business/canadians-livingalone-single-statistics-canada-1.5045116

[3] Ibid.

[4] Statistique Canada, « Étude : Vivre seul au Canada », Le Quotidien, 6 mars 2019, www150.statcan.gc.ca/n1/daily-quotidien/190306/dq190306b-fra.htm (consulté le 6 mai 2019).

[5] www.advisor.ca/news/industry-news/help-single-clients-plan-for-retirement


Financial Advisor Websites by Twenty Over Ten Powered by Twenty Over Ten